Professeur :
Bernard COUSIN

comédien et conférencier, diplômé de l’ENSATT
(École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, anciennement rue Blanche)

À l'école on nous apprend à lire et à écrire (et encore !) ; on ne nous apprend pas à parler. Or durant sa vie l'élève aura plus à parler qu'à écrire.


Écrivez-nous : b_cousin@hotmail.com

  • THÉÂTRE ET DICTION
  • TEXTES CLASSIQUES ET MODERNES
  • PRISE DE PAROLE EN PUBLIC
  • TRAVAIL SUR LA VOIX
  • PRÉPARATION AUX ORAUX D'EXAMENS ET DE CONCOURS
  • PRÉPARATION AUX CONCOURS D'ENTRÉE DES COURS ET CONSERVATOIRES D'ART DRAMATIQUE 
  • TOUS NIVEAUX : DÉBUTANT ET PERFECTIONNEMENT
  • Possibilité de conférences sur l'histoire du théâtre   

Cours privés sur rendez-vous, au domicile du professeur, dans le 18e arrondissement de Paris, tous les jours de 13 h à 19 h (y compris le week-end).

Ils coûtent 40 euros le cours de 3/4 d’heure, payables au début du cours.

On travaille la voix, le souffle, l'articulation, la diction et les textes des grands auteurs français.

Sur l'importance de bien prononcer, consulter le blog du professeur.

Une connaissance minimale du français est nécessaire pour bénéficier pleinement des cours.

Toute annulation de rendez-vous par l’élève doit se faire au moins la veille. Tout cours décommandé dans la journée est dû en entier. Sinon, M. Cousin se réserve le droit de ne plus assurer de cours ultérieur à cet élève.



Qui est Bernard Cousin ?

Après une année au conservatoire d’art dramatique de Strasbourg, Bernard Cousin entre sur concours, en 1963, à l’école de la rue Blanche, à Paris. Il y sera l’élève de plusieurs comédiens de la Comédie-Française, en particulier d’Henri Rollan, de Jean Meyer et de Robert Manuel. Il travaille également avec le cinéaste Raymond Rouleau.

Il joue ensuite, en tournée et à Paris, Molière, Goldoni, Obaldia, et chante Offenbach et Gounod. Il fait aussi du théâtre pour enfants et compose de nombreuses musiques de scène.

Puis il entre à l’Éducation nationale comme animateur théâtral dans les foyers socio-éducatifs. Le rectorat de Paris l’envoie ensuite en mission théâtrale dans les collèges et lycées de la capitale. Ayant ainsi une hauteur de vue sur le paysage général de l’enseignement, il se forge une opinion désabusée et pessimiste sur l’Éducation nationale. L’avenir lui donnera raison.

Afin d’être titularisé, il passe à 40 ans le concours de sortie de l’école de la rue Blanche, alors intitulée ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre), avec succès (théâtre, français, langue, escrime, chant, musique).

Il monte de nombreux classiques pour les élèves parisiens et, dans d’autres cadres, il monte un répertoire basé sur les philosophies orientales et la musique. Il invente les "célébrations théâtrales", forme de théâtre en plein air en harmonie avec la Nature.

Il suit également, à la Schola Cantorum, dont il est diplômé, un cycle de cours sur l’histoire de la musique, soldé par un mémoire de fin d’études intitulé : "Les gammes planétaires de Kepler et la notion de musique des sphères".

Il démissionne de l’Éducation nationale pour se consacrer à sa nouvelle passion, l’astronomie, et aux techniques de vulgarisation et d’animation.

Il est alors, pendant quinze ans, "médiateur scientifique" au planétarium du palais de la Découverte, où il a trouvé un point de convergence entre ses talents oratoires, sa connaissance de l’animation et son goût pour les sciences.

Depuis 2008, il enseigne la diction, l’élocution et le théâtre à son domicile.

Une présentation du cours en vidéo est disponible sur YouTube. 

Pour entendre Bernard Cousin dans un choix de textes, consulter son blog.